top of page
  • Photo du rédacteurDylan COTTA

Quelques bonnes pratiques du Green IT

Dans un contexte écologique de plus en plus tendu, il est essentiel de s'interroger sur l'empreinte environnementale du numérique. En effet, le secteur représente aujourd’hui près de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit deux fois plus que l'empreinte du transport aérien chaque année. Et ce chiffre ne fait qu’augmenter, pouvant potentiellement doubler en 2025.


Face à l'impact environnemental croissant de l'informatique, il est donc important de veiller à ce que notre usage du numérique soit responsable et qu'il puisse être un allié de la transition écologique. C'est ici que le Green IT entre en jeu. Coda vous aide à mettre en œuvre quelques bonnes pratiques qui vous permettront de réduire votre empreinte environnementale.


Qu’est-ce que le Green IT ?


Le Green IT est l'utilisation de l'ensemble des technologies de l'information et de la communication (TIC) en réduisant leur empreinte écologique, économique et sociale. Ainsi, les entreprises souhaitant s'inscrire dans une démarche de développement durable doivent prendre en compte cette composante Green IT dans leurs outils ainsi que dans leurs pratiques quotidiennes.


Évidemment, la sobriété numérique se traduit par de nombreux changements. Ainsi, elle s'articulera autour de trois périmètres et de plusieurs bonnes pratiques que nous vous présenterons dans l'article suivant.


Des pratiques clés pour un numérique écologique


Prolonger la durée de vie des équipements informatiques

Compte tenu de l'importance de la fabrication des appareils connectés, le principal moyen de réduire nos émissions est de réduire le nombre d'appareils en circulation. Il s'agit de prolonger la durée de vie des équipements, mais aussi de ne pas tomber dans l'excès de gadgets connectés.


Si vous comptez le nombre d'appareils connectés que vous possédez (ordinateur professionnel et personnel, téléphone professionnel, téléphone personnel, enceinte connectée, montre intelligente, thermostats, caméras, imprimantes, anciens téléphones), certains approchent ou dépassent la dizaine. Il est donc important de les faire durer.


Un bon moyen de prolonger la durée de vie des équipements est d'acheter des appareils remis à neuf. Acquérir un équipement reconditionné plutôt qu’un matériel neuf est en effet un geste particulièrement efficace pour réduire les impacts environnementaux tout en obtenant un impact social positif.


Vous pouvez également réparer votre équipement existant. Certains appareils sont conçus pour être entièrement modulaires et sont donc plus faciles à réparer. Comme pour les appareils ménagers, réparer son équipement plutôt que d'acheter de nouveaux produits est l'une des solutions les plus respectueuses de l'environnement !

En outre, la responsabilité des fabricants ne peut être ignorée lorsqu'il s'agit de prolonger la durée de vie des produits. Par exemple, il serait préférable que les systèmes d'exploitation des téléphones et des ordinateurs soient maintenus plus longtemps, afin de ne pas obliger les consommateurs à acheter de nouveaux équipements parce qu'ils sont préoccupés par la sécurité ou qu'ils ne peuvent pas utiliser les applications les plus récentes.


D’un point de vue environnemental, chaque équipement reconditionné ou réparé est un équipement qui n’est pas fabriqué. Et d’un point de vue économique, le coût est moindre à service rendu équivalent. Il est nécessaire de sensibiliser les acheteurs et les utilisateurs pour adopter ces nouveaux processus et usages. Cette bonne pratique est très adaptée aux petites structures (micro-entreprises, associations, particuliers…), elle reste encore marginale au sein de grandes entreprises.


Passer par une entreprise de l’économie sociale et solidaire ou de l’économie adaptée


Pour la réparation de votre matériel, choisir une entreprise de l’économie sociale et solidaire représente un vrai plus. Privilégiez des entreprises d’insertion qui favorisent l’accueil de personnes éloignées de l’emploi afin de les faire gagner en compétences et de les rendre autonomes sur le marché du travail, ou encore des entreprises adaptées spécialisées dans l’emploi de travailleurs handicapés. Certaines de ces structures offrent une qualité de service équivalente en termes de certification, de traçabilité et de filière de recyclage que de grands groupes industriels.


Systématiser la collecte des DEEE et des consommables 


La collecte des déchets d'équipements électriques et électroniques permet de maîtriser la fin de vie des équipements et des consommables en s’assurant que leur prise en charge est conforme à la réglementation et au respect de l’environnement. En effet, des déchets mal traités peuvent avoir un impact sur l’environnement et sur la santé des populations locales désastreux. 


Exigez donc la traçabilité des équipements et consommables en fin de vie. Assurez-vous que leur prise en charge est bien effectuée par des professionnels du déchet. Pensez à intégrer des clauses contraignantes dans les contrats avec vos fournisseurs.


Réaffecter les équipements en interne 


Lorsque les capacités de votre matériel informatique (PC, laptop, tablette, smartphone) ne suffisent plus à accomplir certaines tâches (par exemple dans le domaine du développement), il est possible de réaffecter l’équipement à d’autres catégories d’utilisateurs moins exigeants. Vous évitez donc de renouveler systématiquement votre matériel, réduisant ainsi à la fois vos dépenses et votre bilan carbone.


Pour mettre en œuvre cette bonne pratique, essayez d’établir des profils en fonction des besoins de vos utilisateurs. Cela permet au même équipement d’être utilisé plusieurs fois dans l’entreprise.

Réduire les émissions de vos serveurs

Un autre moyen pour les entreprises de réduire leurs émissions est de passer à un fournisseur de services cloud. Le fournisseur utilisera moins d'énergie pour ses opérations.


Les fournisseurs tels qu'AWS, Orange, ou encore Microsoft Azure peuvent se permettre d'investir des ressources humaines et financières dans l'optimisation de leurs frais généraux, qui dépendent fortement de la consommation auxiliaire d'électricité. Par ailleurs, la consommation auxiliaire des centres de données AWS est trois fois inférieure à celle d'un centre de données conventionnel sur site.


En outre, ces fournisseurs de services cloud répartissent la charge afin d'optimiser la consommation des processeurs. Même les processeurs consomment moins dans un centre de données en cloud ! Grâce à une couche dite de virtualisation, de nombreux utilisateurs peuvent partager la même machine, ce qui permet une meilleure utilisation des ressources.


D'autres mesures de décarbonisation peuvent être prises, comme le choix de processeurs performants, car tous les processeurs ne consomment pas la même quantité d'énergie par opération. Il est également possible de choisir le moment où l'on utilise ses serveurs afin de profiter des moments où l'intensité carbone de l'électricité en kgCO2/€ est la plus faible (principalement la nuit).


Pour vos applications et sites web, il existe un référentiel reconnu par la profession. N’hésitez pas à demander aux prestataires chargés de la conception, de la réalisation et de l’hébergement d’appliquer les bonnes pratiques de ce référentiel. Cette exigence peut être portée en annexe du cahier des charges techniques. L’éventuel surcoût entraîné par cette démarche est de l’ordre de 4 à 5 % du budget initial, et devrait être très largement compensé par les gains tant en nombre de serveurs que de consommation électrique et de bande passante.


Mettre en place une politique Green IT cohérente


Il existe de nombreux gestes permettant de rendre vos leviers digitaux plus responsables. Cependant, pour qu’ils soient efficaces, il est important de pouvoir mener une politique Green IT coordonnée.


Nommer et former un responsable Green IT


Il est essentiel pour une stratégie efficace d’avoir une personne pilotant votre stratégie numérique responsable à temps plein ou à temps partiel. Son rôle va être de : 

  • Coordonner les actions Green IT avec la DSI et la conception responsable de service numérique avec les directions métier. 

  • D’appréhender le numérique sous l’angle des enjeux environnementaux, sociaux et économiques pour construire un système d’information éco-responsable.

  • D’aider l’entreprise à évoluer vers des modèles plus soutenables grâce au numérique.

  • D’élaborer, d’appliquer et de faire évoluer la stratégie Développement Durable de l’entreprise au niveau du système d’information, en relation avec le Directeur des Système d’Information, le Directeur du Développement Durable, et le comité exécutif de l’entreprise.

  • D’accompagner les directions métier pour les aider à tirer le meilleur parti du numérique dans le cadre de la conception responsable des produits et services numériques de l’entreprise.


Avoir un budget Green IT spécifique


L'élaboration et l'intégration d'un budget de développement durable sont des étapes cruciales dans le processus de décarbonisation d’une entreprise. La budgétisation de la durabilité implique l'affectation des ressources de l'entreprise à des activités qui améliorent la capacité de l'entreprise à maintenir ou à supporter l'interaction des facteurs environnementaux, sociaux et économiques.


Bien menée, une politique Green IT permet d’économiser bien plus d’argent qu’elle en a coûté. Il est donc nécessaire d’investir initialement dans des actions correctives. Le % du budget de la DSI / RSE alloué à cette pratique est un bon indicateur de maturité et d’engagement de l’entreprise sur le sujet.


Définir une stratégie et un plan d’action Green IT


La première action lors de la mise en place d’une démarche Green IT / numérique responsable dans une entreprise consiste à faire un bilan global de l’empreinte environnementale du système d’information et de sa maturité en termes de bonnes pratiques. En comparant ces informations avec les valeurs d’autres entreprises, on peut alors identifier les domaines dans lesquels des progrès peuvent être accomplis, quantifier l’impact potentiel des actions correctives et estimer les gains espérés au niveau de l’impact environnemental.


Votre stratégie Green IT consiste donc à aligner ce plan d’actions, les indicateurs et les objectifs quantifiés associés sur la stratégie RSE de l’entreprise, que ce soit en vous concentrant sur la phase d’utilisation du système d’information et / ou sur un seul indicateur environnemental (émission de gaz à effet de serre par exemple), ou bien sur l’ensemble des indicateurs RSE : performance sociale via la remise en état par des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) et de l’économie adaptée (EA), réduction des impacts environnementaux via l’allongement de la durée de vie des terminaux, etc.



Les formations Coda vous aident à intégrer les bonnes pratiques du Green IT dans le cadre des métiers du web. Avec nos cours, apprenez à diminuer votre consommation d’énergie et à améliorer votre performance environnementale, pour un développement plus économique et plus respectueux de la planète !

Comments


Envie d'étudier l'informatique ?

Retrouvez nos cursus, les programmes, les débouchés et toutes les informatiques pratiques pour réaliser ses études en informatique chez coda

bottom of page